Soigner autrement le cancer avec des thérapeutiques naturelles

Soigner autrement le cancer avec des thérapeutiques naturelles

Les thérapeutiques naturelles ont pendant longtemps été considérées comme de simples « médecines douces ». Il n’y a pas si longtemps elles étaient tenues à l’écart des traitements conventionnels du cancer. Face à la limite de la médecine classique, spécialement concernant les maladies chroniques, et dans le traitement de certaines maladies graves, la médecine non conventionnelle connaît un regain d’intérêt depuis quelques années. De nos jours, certaines parmi elles sont devenues presque incontournables dans le traitement du cancer, sachant que près de 30 à 50 % des malades selon les estimations, ont recours de manière sauvage à de l’auto-médication !!  Avec ces quelques lignes je vais essayer de vous persuader du bien fondé de cette approche, à la fois puisant dans l’héritage de la Tradition et pointant résolument vers une pratique des médecines d’avenir..

Thérapeutique naturelle : qu’est-ce que c’est ?

 

Alors que nul bien n’est plus précieux et légitime que la SANTÉ ( de l’individu, de la planète.. ), il est paradoxal de voir combien sont perpétuées, au non de l’aveugle foi en les théories matérialistes, de nombreuses croyances erronées et déresponsabilisantes, comme par exemple :

– des maladies que l’on « attraperait » par hasard comme ça ou par malchance ; – des symptômes qui seraient à combattre systématiquement ; – l’absence de lien entre alimentation et système immunitaire, etc.. pour ne citer que quelques exemples. 

Pratiquement, la notion de « thérapeutique naturelle » devrait entièrement reposée sur celle, davantage adaptée, de :  Naturopathie, dont le sens est pourtant bien flou dans l’esprit du grand public, la reléguant à une pratique « babacool » revendiquée par des gourous gentiment allumés ou inoffensifs dans le meilleur des cas, dangereux et sectaires dans le pire. 

J’emprunte ici quelques définitions de cette discipline à part entière ( et reconnue par L’OMS ), du remarquable ouvrage : ENCYCLOPÉDIE HISTORIQUE DE LA NATUROPATHIE de notre ami Daniel Kieffer, membre fondateur du Collège Européen de Naturopathie Traditionnelle et Holistique (CENATHO) depuis 1990 :
 

– 1 : « La naturopathie est une médecine des profondeurs et une hygiène vitale, structurée en trois cures hiérarchisées ( la désintoxication, la revitalisation, et la stabilisation ) et dix techniques de soins naturelles et complémentaires que sont : la gestion alimentaire ; l’hydrothérapie ; la psychothérapie ; la culture physique ; l’art du massage ; l’art de la respiration ; la phytothérapie ; le magnétisme humain ; l’actinologie ( ou l’utilisation du rayonnement ) ; et la réflexologie . Elle vise en outre à normaliser le « terrain » considéré comme principal facteur de santé. Ses concepts fondamentaux reposant sur LE VITALISME ( philosophie ) ; L’HUMORISME ( science ) ;   et  L’ HYGIÉNISME ( technique ) » , ( selon le Père de cette discipline en france : P.V Marchesseau .)

– 2 : « La naturopathie est une science biomimétique, c’est-à-dire une médecine qui tire sa méthodologie de traitement d’une compréhension de la nature, des mécanismes de défense et de restructuration de l’organisme , et plus précisément des moyens qu’il met en oeuvre, dans chaque type d’agressions, pour contrôler ses modulations  homéostasiques et assurer ainsi le rétablissement optimal de ses fonctions vitales. Elle repose sur une conception éthiopathogénique et multifactorielle de la maladie. Elle individualise, pour chaque individu, un mode de traitement conforme à une double exigence d’efficacité et de non iatrogénicité »  . (Thèse à la faculté de médecine, Paris VIII

– 3 : « La naturopathie est la philosophie, l’art et la science qui visent à apporter à l’être humain le plus haut degré de santé possible en lui apprenant à gérer correctement ses habitudes de vie en général. Elle est surtout une méthode de soin visant la santé globale et optimale de toute personne , au moyen d’une gestion efficace de son mode de vie, de manière à ce que son organisme soit plongé dans des conditions les plus favorables possibles à sa tendance innée et puissante à l’autoguérison » ( Collège des naturopathes du Québec )  

– 4 : « La naturopathie est la médecine du bon sens, dans laquelle malades et praticiens collaborent pleinement pour tirer profit de la faculté d’autorégulation, d’auto adaptation, et d’autoguérison de l’organisme humain. Elle se pose en système holistique, faisant intervenir à la fois le corps, l’esprit et l’âme, et se fonde sur le principe de l’énergie vitale sensée réactiver le retour en santé » ( définition de l’Organisation Mondiale de la Santé, Genève, 1983 )  

 Les limites de la médecine conventionnelle dans les traitements du cancer :

 

Les thérapeutiques conventionnelles telles que la chimiothérapie, la radiothérapie et la chirurgie sont de nos jours confrontées à de nombreux défis. Il est en outre important de reconnaître que le traitement du cancer par les thérapies ciblées permet aujourd’hui de limiter les dommages causés aux cellules saines de l’organisme

Cependant, ces médicaments sont pourvus de plusieurs effets indésirables qui sont parfois difficiles à maîtriser. Comme effets des thérapeutiques conventionnels, sont constatés : des toxicités cutanées, cardiaques, hématologiques, la fatigue, des troubles digestifs, etc.

La phytothérapie

La phytothérapie est une médecine naturelle qui vise à utiliser les extraits végétaux dans la conception de traitements visant à soulager les maux du corps ou de l’esprit. Elle est aussi appelée médecine par les plantes. C’est une des techniques utilisée en naturopathie pour apporter à l’organisme un soutien voire un principe curatif .

L’efficacité de la phytothérapie n’est plus à démontrer, elle a été prouvée scientifiquement.

Même si la profession d’herboriste n’existe plus depuis 1941 (année noire pour la profession !), des préparations « magistrales » et « officinales » sont toujours proposées en pharmacie ou certaines boutiques bio..  

Grâce à ses bienfaits sur notre santé, cette médecine fait maintenant partie de notre pratique. Mais est-il possible de soigner le cancer avec la phytothérapie ?

Comment soigner le cancer avec la médecine par les plantes ?

 

La phytothérapie est par exemple utilisée dans le traitement du cancer du sein . C’est d’ailleurs ce qui explique que la plupart des patients qui y ont recours, sont des femmes. Elle améliore généralement les conditions de vie du patient et limite certains effets secondaires. Elle est plus efficace dans le cadre d’une radiothérapie où ces bienfaits ont été constatés :

  • atténue les effets secondaires de la radiothérapie.
  • amplifie l’efficacité du traitement en cours
  • permet dans le cas du cancer du sein, de réguler les taux sanguins d’hormone en améliorant leur désagrégation naturelle par le foie.
  • renforce le système immunitaire des patients.

Une branche particulière de la phytothérapie est :

L’ AROMATHÉRAPIE OU L’UTILISATION DES HUILES ESSENTIELLES ( EN ONCOLOGIE INTÉGRATIVE ) :

Véritables quintessences issues du monde végétal, les huiles essentielles , très riches en principes actifs naturels,  possèdent en effet de nombreuses propriétés thérapeutiques.

Ces huiles sont utiles à TOUS LES STADES de la maladie cancéreuse : depuis son déclenchement jusqu’à la chirurgie, et tout le long de la chimiothérapie et/ou de la radiothérapie. Leur spectre d’action est sensiblement le même qu’en phytothérapie , mais les effets sont généralement plus rapides et davantage ciblés. 

De nombreux travaux permettent de comprendre certains mécanismes d’action de ces huiles sur les cellules cancéreuses, et démontrent un taux de survie plus important chez les patients ayant reçu un traitement combiné « allopathique-aromatique » ( voir Dr. J.L Mouysset )  

En France, le Dr. Anne-Marie Giraud , préconise l’alliance entre les traitements conventionnels et l’aromathérapie ainsi que la poursuite des recherches tant au niveau fondamental que clinique afin de promouvoir les huiles essentielles en tant que médecine d’avenir dans le traitement du cancer . Sa tâche n’est pas simple, car de telles recherches ne sont bien vues ni par le système en place dépendant des labos pharmaceutiques, ni du personnel médical de terrain, souvent ignorant des recherches non mises en avant par l’institution . 

Pourtant, à leur niveau, nombres de médecins aromatologues, enregistrent des cas de stabilisation de la maladie auprès de leurs patients atteints de cancer ..

En france, le Dr. Françoise Couic-marinier, pharmacienne, spécialisée en phytothérapie / aromathérapie ; le Dr. Daniel Penoel, médecin pionnier en aromathérapie médicale et scientifique ; le Dr. Danièle Festy, pharmacienne aromatologue ; le Dr. Dominique Baudoux, pharmacien naturopathe ; l’anthropologue et chirurgien Jean-Pierre Willem ; le Dr. en pharmacie Michel Faucon, et, j’y reviens le Dr. Anne Marie Giraud, médecin généraliste, sont d’authentiques passionné(e)s , non asservis par les laboratoires pharmaceutiques, et soucieux  du bien-être et des résultats positifs proposés par les huiles essentielles ..

A titre illustratif , dans HUILES ESSENTIELLES ET CANCER , écrit en 2016, le Dr. A.M Giraud cite en exemple les remerciements de ses patients traités ou accompagnés par les huiles essentielles, dans les cas cliniques suivants : 

Tumeur neuroendocrine – cancer du pancréas – cancer bronchique – cancer du rein – cancer du sein – cancer de l’utérus – cancer du côlon – cancer de la prostate – cancer des ovaires – et cancer du poumon

Dans mon ebook anti-cancer, je cite les travaux concernant trois huiles essentielles majeures dans le traitement anti-cancer, ainsi que leur mode d’utilisation et d’administration

Dans son livre TOUTE LA VÉRITÉ SUR LE CANCER ( de 2017 ) , l’américain Ty Bollinger cite également l’exemple de la recherche américaine sur l’ huile essentielle d’encens :

« S’agissant de traiter le cancer, l’huile essentielle d’encens est particulièrement puissante, et le Dr. Josh Axe souligne son pouvoir contributif dans l’élimination des cellules cancéreuses. L’H.E d’encens est en effet très riche en acide boswellique, qui possède d’importantes propriétés anti-inflammatoires et anti oxydantes, et les études ont montré son incroyable capacité à réduire la taille des tumeurs cancéreuses. A ce jour, il existe environ sept études ayant fait l’objet d’un article scientifique. Une en particulier, réalisée in vivo, et ayant pour objet l’étude du chémotype alpha pinène contenu dans l’encens, a montré une efficacité dans le traitement du cancer du pancréas » .

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.